1. TOMBOUCTOU: DU SABLE, DU VENT ET DU PARFUM

.

 

 LE VENT DU DESERT

Dans le Sahara le silence est une présence palpable, e le souffle du vent, tout come le buit lointain d’un véhicule qui s’approche, loin de le détruire le met en relief et nous fait prendre conscience de son étrange audibilité.

Dans le désert, le vent est compagnon du silence.

Une cité antique, plantée au seuil du désert, est balayée par le vent jour et nuit, enveloppée dans la poussière rouge des tempêtes de sable. Tombouctou, point de départ et le point d’arrivée des caravanes de dromadaires du passé et de toutes les embarcations qui transportaient les trésors de l’Afrique sur le fleuve Niger.

timbuktu
Il était une foi Tombouctou, son canal et ses jardins

Tombouctou a pendant des siècles échangé son or contre des livres de science, érigeant des écoles et recopiant inlassablement la connaissance qui arrivait a travers le désert, pour la propager au reste de l’Afrique.
Au plus profond de l’obscurité du moyen âge, Tombouctou était un phare lumineux de civilisation qui attirait les étudiants et les savants de tout le monde musulman.
A Tombouctou ne restent que de vieux manuscrits renfermés dans des coffres vétustes cachés dans les maisons de terre crue des héritiers des savants morts du passé.
Tombouctou a été engloutie par le sable du désert, et est devenue un e ville fantôme tombée en disgrâce, telle un calife puissant dont l’étoile a chuté, détrôné par un autre et réduit a l’état de mendiant dans les rues de sa propre capitale.

Tombouctou, cité mythique du monde antique n’est plus qu’un village assiégé par les dunes du Sahara, mais ce petit village cache une grande réalité, enterrée sous le sable de ses cimetières et dans les vieux coffres plein de manuscrits.

J’ai sentit sur ma peau la brulure du vent Saharien, j’ai marché sur les dunes le visage enveloppé du turban pour ne pas respirer la poudre de sable, et j’ai compris que la force du vent qui avait détruit la ville pouvait aussi la faire renaitre.

Le vent qui brûle et assèche tout ce qu’il touche peut aussi faire tourner les ailes des moulins a vent, afin de tirer l’eau du sol pour arroser de nouveaux jardins et pour remplir les maisons et les rues de lumière électrique.

Deux ans après avoir réhabilité le puits asséché des touaregs, j’ai décidé de retourner a Tombouctou avec l’idée de transformer le vent destructeur du désert en un vent de miséricorde.

 

PROCHAIN EPISODE: MOULINS A VENT

 

.

2. MOULINS A VENT

windmill

Le moulin à vent a été probablement le premier robot que l’homme ait construit. Il travaille pour lui sans relâche, transformant le grain en farine, tirant l’eau du sous sol, donnant la lumière aux villes.

Des pays ont été construits et existent grâce au travail des moulins à vent, comme l’Amérique agricole ou la Hollande assiégée par la mer.

Un jour, un fou décida de détruire les moulins à vent, leurs immenses pales menaçantes lui semblaient des monstres.
Don Quichotte ne pouvait que perdre la bataille contre la technologie et ceci est un heureux présage pour moi; les moulins à vent gagnent toujours contre la folie humaine.

Tout comme un écolier qui fait une recherche, je me suis mis devant mon ordinateur pour comprendre comment les moulins à vent fonctionnent, comment les construire et où les acheter.

Je me suis aperçu qu’il y a une infinité de possibilités pour fabriquer les éoliennes et qu’on peut les acheter a un prix très raisonnable, elles coûtent beaucoup moins cher qu’un puits dans le désert.



A Tombouctou les barils se trouvent partout, ils ne coûtent pas cher et les artisans savent travailler ce matériel, alors… Au travail!





 

Celui là est fantastique, patientez quelques secondes



Verticale, comment la fabriquer avec de la lamiere de fer


 

ACHATS

EOLIENNES DE POMPAGE OASIS

Etudiées pour le désert, ròdées en Mauritanie depuis des années

 www.ecolabenergies.fr

Un aerogénerateur révolutionaire, la ceinture a vent (windbelt)

http://www.humdingerwind.com/#/wi_overview

Construire une éolienne g rande de A a Z, meme la partie électrique, stage de 700 euros

http://www.youtube.com/watch?v=EmuPmGvvCWM&feature=fvw

Le système éolien “Eléna” società  elenaenergie http://www.elena-energie.com

.

EPISODE PRECEDENT: TOMBOUCTOU: DU SABLE, DU VENT ET DU PARFUM

PROCHAIN EPISODE: RETOUR A TOMBOUCTOU

.

3. RETOUR A TOMBOUCTOU

 

J’ai quitté l’Italie avec un jour de retard, l’avion n’a pas pu décoller a cause de la neige. J’aime les voyages qui commencent avec des difficultés, je sais d’expérience que c’est de bon augure.

VOL BAMAKO

De l’Italie a Bamako, la ville des manguiers. Un autre monde.

 

vol tombouctou

Le petit avion de Tombouctou me porte dans les sables du désert

 

Tahara, ma logeuse de l’hotel Mahtaj, m’a confié a un jeune Tamasheq pour m’aider. Mansour travaille pour elle dans son restaurant. Il sera mon guide pendant mon séjour.

r

Al Mansour

Je suis parti tout de suite à la recherche d’un site pour la construction d’un nouveau puits et l’installation de la pompe éolienne qui doit bientôt arriver de France.

Les gens m’ont dit qu’il y avait un besoin d’eau dans les faubourgs de la ville, là où la mairie n’a pas encore installé l’eau courante. Je m’y suis donc rendu avec Mansour pour essayer de comprendre la situation.

Quand on veut intervenir pour résoudre un problème, la première chose à faire est de bien comprendre la situation, autrement on devient part du problème au lieu de devenir part de la solution.

La ville se répand sur le sable grâce à la mairie qui lotit les terrains vierges. Les cases de nattes des pauvres sont repoussées toujours plus loin.

L’eau arrive a dos d’âne dans les faubourgs, pas seulement pour boire, mais aussi pour construire. Il faut beaucoup d’eau pour faire une maison, de l’eau et de la poussière.

Après avoir visité les faubourgs de la ville j’étais convaincu que ce n’était pas l’endroit qu’il fallait. Cela impliquerait que j’achète un terrain très couteux et dans peu de temps l’eau courante a paiement y arriverait. Les pauvres qui vivent dans les cases pourraient bénéficier de l’eau gratuite de l’éolienne, mais ils en seraient bientôt chassés de toute façon par la mairie qui vend les terrains sur lesquels ils sont installés.

D’autre part, la toute puissante compagnie « Energie » de Tombouctou qui contrôle l’eau et l’électricité deviendrait mon ennemie. Je finirais droit en prison ou bien le puits serait saboté par un inconnu.

.

EPISODE PRECEDENT: MOULINS A VENT

PROCHAIN EPISODE: LE JARDIN DES AMERICAINS

.

PERFUMING A WHOLE CITY – URBAN FRAGRANCING

 Riccione Italy The perfuming of a city in conjunction with shows or exhibitions, or simply as an event in itself presents no real technical problems. We can perfume streets, squares, buildings, both internally and externally, create a perfumed cloudburst or even a perfumed fountain. This event in Riccione was based around a series of displays […]

4. LE JARDIN DES AMERICAINS

Il y a deux ans quand je suis venu pour la première fois à Tombouctou, j’avais entendu parler d’un jardin dans le désert que les missionnaires américains auraient planté, à 10 km de la ville, en irrigant le sable avec l’eau du sous-sol tirée par des éoliennes de pompage.

Timbuktu windmill

Je suis allé voir par moi-même ce qu’il en était et j’ai vu un oasis, ou poussaient les arbres fruitiers et les légumes de toutes sortes.

En fait tous les légumes du marché de Tombouctou viennent d’ici.

Tombouktou culture

J’ai demandé aux américains combien coûtaient les éoliennes et où les acheter mais ils m’ont répondu qu’ils me déconseillaient vivement de les utiliser, parce que l’eau de la région est sableuse et que la partie immergée de la pompe s’abime très rapidement et qu’il faut remonter pompe et tuyauterie tous les 6 mois pour changer les pièces usées.

En fait les deux éoliennes ne sont pas en état de fonctionnement et, en ce moment, le pompage se fait avec des moteurs diesels.

windmill timbuktu

Une des deux éoliennes est cassée

L’autre tourne tristement a vide sans une pompe connectée

Ensuite ils m’ont guidé vers un puits où ils avaient installé le prototype (selon eux) de la pompe du futur pour Tombouctou.

Il s’agissait d’une corde avec des rondelles qui passait dans un tube pour faire remonter l’eau. « Tout est fait avec des matériaux du bord » me dit l’inventeur très fier.

Il me fit donc une démonstration en se mettant à faire tourner une grande manivelle. Après 3 minutes il avait fait remonter quelques litres d’eau mais il était tout rouge, tout essoufflé et tout en sueur.

Je n’ai pas fait beaucoup  de photos parce qu’il m’a fait voir son mécanisme sous le sceau du secret (il a peur qu’on l’imite).

La pompe des “Pierres a feux”

…..

Je veux bien que sa pompe ait des avantages sur les mécaniques modernes, mais le problème n’est pas la pompe. Le problème dans un pays pauvre c’est le coût de l’essence et du diesel, le coût de l’énergie qui tire l’eau qui elle est gratuite.

Tout le monde sait ce que coûte l’essence, mais au Mali elle vaut au litre le même prix qu’une journée de travail d’un ouvrier.

La roue éolienne est capable de faire tourner sa pompe à la « Pierre à feux » exactement comme elle fait tourner les pompes mécaniques, alors pourquoi me déconseillent-ils le moulin à vent?

En réalité, il n’y a même pas de problème de sable, il est dû seulement au fait qu’ils préfèrent faire un forage de 100 m de profondeur (le missionnaire est tout fier de sa profondeur) au lieu de faire un puits de 25 mètres à grand diamètre et à haut débit (11 m3 / heure) où l’eau est filtrée par une colonne de gravier et décante tranquillement, exploitée avec une pompe qui fait du 400 litres/heure au maximum.

Seulement, il semble bien qu’ils ne veulent pas qu’on les imite et je ne comprends pas pourquoi. En fait je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas d’éoliennes de pompage partout dans la région et pourquoi le peu d’agriculture qui se fait est située seulement le long du fleuve à 20 km de distance.

En fait toute la région de Tombouctou est assise sur un océan d’eau à seulement 20 mètres de profondeur, une réserve inépuisable qui se renouvelle en continuation, alimentée par le fleuve Niger.

timbuktu cultivation

Dans cette région, le vent souffle toute l’année, à part deux heures au petit matin. Pourquoi payer du diesel pour les pompes quand l’énergie est gratuite? Les américains avaient déjà fait reposer leur agriculture sur les éoliennes in y a déjà cent ans !

Fabriquer et entretenir une éolienne est pourtant bien moins compliqué que fabriquer et entretenir un moteur diesel. C’est ce qu’on appelle de la technologie pré- industrielle. Les premiers moulins à vent de pompage ont été construits en Perse il y a 1200 ans.

reproduction du moulin a vent Perse

En plus, le sable de la région est tel que tout ce qu’on y plante pousse.

 …

Des choux, des tomates, de la menthe et des oignons, des mangues et des pommes…

timbuktou windmills

Juste derriere les arbres qui délimitent le jardin, en haut de la photo, le sable aride où ne poussent que les épines

En résumé, les éoliennes de pompage sont capables de transformer Tombouctou et toute la région en un oasis verdoyant, et de lui redonner l’abondance, la richesse et le lustre d’antan. Ce n’est pas sorcier à comprendre, mais je me demande plutôt quelle magie maléfique a empêché jusque là les hommes de planter les éoliennes et Tombouctou de renaître de ses sables.

Après ma visite aux américains, j’en suis venu à penser qu’il y a des raisons cachées pour qu’ils me déconseillent de porter une éolienne à Tombouctou.

Ils dépensent une fortune en gasoil pour leurs pompes diesel, ils s’obstinent a faire des forages de 100 mètres de profondeur alors que l’eau est a 15 mètres et que le vent est gratuit.

Je pense qu’ils ne veulent pas ouvrir une porte qui pourrait rendre les Tombouctiens indépendants d’eux aussi bien pour la technologie que pour l’argent. Il en va de leur position ici, ils se posent comme des bienfaiteurs du pays et cela leur donne le droit moral de faire du prosélytisme et de convertir les musulmans au christianisme. On me dit ici qu’ils louent les lopins de terre du jardin aux musulmans convertis a leur religion. Le fait est que aucune des centaines de ONG installées a Tombouctou n’a intérêt a rendre leurs assistés indépendants d’eux. En premier lieu elles n’ont pas été créées pour cela mais pour assister et leur stratégie de survie est de faire en sorte qu’elles n’éliminent jamais le besoin d’assistance. Par exemple en résolvant les problèmes ou en rendent les gens auto-suffisants. Leur stratégie bien au contraire est d’augmenter aussi bien la dépendance que les problèmes. Par exemple en liant l’agriculture au gasoil au lieu du vent ou bien en prêtant de l’argent aux pauvres avec intérêts et puis en les portant au tribunal quand ils ne peuvent pas payer. Je sais que c’est difficile a croire parce que on a toujours tendance a croire au bien, mais à Tombouctou, comme ailleurs du reste, c’est exactement ce que font les ONG sois disant charitables. Un business où des européens surpayés cultivent les problèmes des pauvres au lieu de les résoudre.

Il est clair comme le ciel a midi que les éoliennes sont la solution a la misère de la région, mais aucune ONG ne les veut.

.

EPISODE PRECEDENT: RETOUR A TOMBOUCTOU

PROCHAIN EPISODE: LE GARCON QUI CHEVAUCHAIT LE VENT

.

5. LE GARCON QUI CHEVAUCHAIT LE VENT

 

Il n’est pas si difficile de devenir président des Etats-Unis quand on a des grands parents qui appartiennent à l’élite du pays, quand on a étudié dans les meilleures écoles et quand on dispose de plus d’argent que son concurrent pour la campagne électorale. Et en plus,lorsque le monde entier s’est mis d’accord pour cela…

L’exploit d’un jeune garçon Africain du Malawi qui rêvait de dompter la force du vent à son service est beaucoup plus surprenant. Il a du quitter l’école que ses parents ne pouvaient pas lui payer, il a construit avec des bouts de bois et des pièces de démolition, sans connaissances techniques et sans accès a internet, des moulins a vent qui fabriquent de l’électricité.

Ses moulins ont d’abord attiré l’attention des journalistes locaux, puis celle de la presse internationale. En Amérique, Il fut invité à raconter son histoire, puis écrivit un livre pourles jeunes Africains, pour lesquels il est devenu un exemple.

 

Ci-dessous le reportage qui retrace son histoire (en anglais)

 

Sur son site, vous trouverez ses interviews en Amérique et ailleurs, des photos et ses autres projets Il est également possible d’y effectuer un don caritatif pour le soutenir. http://williamkamkwamba.typepad.com

Une éolienne des Flintstones, et pourtant elle marche, ou plutôt, elle tourne…

L’histoire de ce garçons doit être un exemple pour les jeunes de Tombouctou. C’est l’exact contraire de la mentalité qui s’est développée dans le sillage des centaines d’ONG qui infestent la ville ne faisant que multiplier les problèmes des gens.
A Tombouctou, les jeunes voient qu’il n’y a que deux moyens de gagner sa vie, travailler pour une ONG ou bien faire une association et demander de l’argent a une ONG.
J’ai compris a Tombouctou qu’il y a 3 sortes de personnes au monde, ceux qui pensent qu’on doit les aider, ceux qui pensent qu’ils doivent s’aider et ceux qui pensent qu’ils doivent aider les autres.
Toute la culture de Tombouctou, façonnée par 40 années de présence des ONG, a fait que les gens deviennent facilement de la première catégorie.
Avec l’exemple de ce garçons je voudrais montrer aux jeunes de Tombouctou qu’il est toujours possible, en toutes circonstances, de s’aider sois même pour sortir des situations difficiles.
Un ami disait : « Il y a deux sortes de personnes au monde, ceux qui font les problèmes et ceux qui les résolvent ».
Puisque les ONG ne sont ici que pour maintenir les problèmes et la dépendance, pourquoi ne pas résoudre sois même ses problèmes comme a fait ce garçons ?

.

EPISODE PRECEDENT: LE JARDIN DES AMERICAINS

PROCHAIN EPISODE: LES MARAICHERS DE TOMBOUCTOU

.

6. LES MARAICHERS DE TOMBOUCTOU

Puisque les faubourgs ne sont pas l’endroit juste pour mon projet, j’ai pensé aux jardins maraîchers qui fournissent la ville en légumes frais.

L’eau est un grand problème pour le peuple des jardiniers, même si c’est loin d’être le seul. Ces jardins sont, eux aussi, aux alentours de la ville.
La plupart sont situés le long du canal de Kadhafi à pour bénéficier de l’accès à l’eau. Au fur et à mesure que les terrains sont lotis, les terres occupées par les jardiniers sont vendues par la mairie et ils sont chassés plus loin.
Des ONG leur fournissent des forages pour pomper l’eau, toujours à la main, et à chaque fois ils doivent tout recommencer a zéro.
D’autre part, il n’y a pas d’autre solution. La ville s’agrandit et les jardins ne peuvent pas rester au milieu des maisons. Leur destin est d’être toujours en périphérie. cette raison n’atténue pas la tristesse du destin des pauvres.

En fait la ville ne grandit pas tellement mais ce sont les profits spéculatifs sur la vente des terrains qui grandissent

La vie des jardiniers est très dure dans le désert parce que les légumes ont besoin d’eau tout le temps et de beaucoup d’eau. Les jardiniers doivent tirer l’eau à la main. Ils remplissent deux bidons jaunes de 20 litres et ils courent dans leur jardin, parfois à 200 mètres de distance, pour la verser dans les petits carrés cultivés. Un bidon pour chaque carré.

Toute la journée, du matin jusqu’au soir. Toute leur vie.

Ils sont tellement occupés à cela qu’ils ne peuvent pas aller au marché vendre leur récolte, ils doivent la vendre a un prix bas aux femmes du marché de la ville, perdant ainsi une portion importante du prix de la vente.


Quand j’ai soigné ces personnes, je me suis rendu compte que l’être humain n’a pas été créé pour transporter quarante kilo de poids toute la journée. Leur colonne vertébrale est toute déglinguée: où que l’on appuie ils sautent de douleur.

Et ils ne peuvent jamais s’arrêter. Dans le désert, un jour sans eau et les légumes meurent.

Quand la saison sèche arrive, le niveau des points d’eau, qui dépendent du fleuve ou du canal de Kadhafi, baisse presque  jusqu’à disparaître. Cela rend le travail encore plus difficile parcequ’il faut plus d’effort pour remonter l’eau.

Quelle merveille cela serait pour eux s’ils pouvaient avoir l’eau gratuite en abondance et sans effort avec un puits et une pompe éolienne !

Malheureusement, après avoir visité plusieurs jardins maraîchers et parlé avec les jardiniers, je me suis rendu compte que leur donner un puits et une pompe n’avait pas beaucoup de sens à long terme, parce que avec le grand business du lotissement ils seront chassés de leurs jardins tôt ou tard.


Je dois chercher ailleurs un endroit pour planter l’éolienne, plus loins encore de la ville, dans les villages des alentours, mais ces jours ci quelque chose de neuf se passe a Tombouctou…
La suite la prochaine semaine…

.

EPISODE PRECEDENT: LE GARCON QUI CHEVAUCHAIT LE VENT

PROCHAIN EPISODE: L’HOPITAL DE TAHARA

.